Le groupe d’experts « exercice » issu du groupe de travail « entraide en cas de catastrophe » de la Conférence du Rhin Supérieur a organisé le 23 septembre 2023 au CSP Saint-Louis un rassemblement réunissant des services de secours français, allemands et suisses situés dans la région transfrontalière.

L’objectif de cette journée était d’échanger sur les différentes pratiques et moyens d'intervention destinés à renforcer l'aide en zone transfrontalière

 

Focus sur le groupe de travail « entraide en cas de catastrophe » :

Suite à l'incendie accidentel des entrepôts Sandoz (Suisse) en 1986, un groupe de projet Intervention et État-major a été créé. Ce dernier est intégré en 1999 en tant que groupe de travail de la Conférence du Rhin Supérieur sous l'intitulé « Entraide en cas de Catastrophe » afin d'organiser les secours transfrontaliers en fonction des différents risques auxquels la région du Rhin Supérieur est exposée :

  • les risques industriels et technologiques (sites Seveso le long du Rhin)
  • les risques naturels (météorologique, inondations …)
  • les risques liés aux TMD (Transport de Matières Dangereuses)
  • les risques liés au Rhin (crues, pollution …)

En secteur transfrontalier, cette entraide peut connaître des difficultés de mise en œuvre liées aux différences des processus décisionnels, de l’organisation des moyens d’action, des problèmes liés aux langues, etc.

C’est pourquoi, le groupe de travail « Entraide en cas de catastrophe » œuvre depuis de nombreuses années dans les domaines suivants :

  • la mise en place d’accords de coopération facilitant les interventions transfrontalières ;
  • la connaissance réciproque des structures de commandement, des processus décisionnels et des modes d’action ;
  • l’entraînement régulier au travail en commun à travers des exercices transfrontaliers réguliers ;
  • la recherche de solutions permettant d’améliorer la communication et de limiter la barrière de la langue.

Afin d'atteindre ces objectifs, le groupe de travail est divisé en 5 groupes d'experts :

  • Le groupe d'experts « Echange des connaissances réciproques et compréhension linguistique »
  • Le groupe d'experts « Secours sur le Rhin »
  • Le groupe d'experts « Techniques de la communication »
  • Le groupe d'experts « Intervention et Etat-major TRINAT »
  • Le groupe d'experts « Exercices »

Des sapeurs-pompiers du Haut-Rhin sont identifiés dans chacun des groupes d’experts.

 

Ce groupe de travail se réunit environ 3 fois par an ; c’est dans ce cadre qu’a été organisé ce symposium trinational.

Piloté par le groupe d’experts « Exercices », cette journée s’est déroulés dans les locaux du CSP Saint-Louis. En effet, son implantation géographique (région des trois frontières) et les structures du centre et celles à proximité s’y prêtaient parfaitement.

Au programme de cette journée d’échanges et de travail :

Ouverture de la journée par Mme Anne Gillot, adjointe au directeur de cabinet et directrice des sécurités de la Préfecture du Bas-Rhin, présidente du groupe de travail « Entraide en cas de catastrophe », M. Daniel Grola, sapeur-pompier suisse responsable du groupe d’experts « Exercices », Mme Pascale Schmidiger, Maire de Saint-Louis et le colonel hors-classe Patrice Gerber, DDSIS 68.

Présentation d’exposés (retour d’expérience suite à l’incendie d’une scierie à Mothern dans le Bas-Rhin le 1er août 2022 et inventaire transfrontalier des moyens d’intervention)

Ateliers organisés par chaque pays avec moyens d’intervention spécifiques :

  • FR : Véhicule de lutte contre les feux de forêts 
  • FR : Equipe spécialisée dans le secours nautique en cas d’inondation
  • CH : Matériel mobile de traitement de l’eau potable après pollution ou inondation
  • CH : Présentation d’un véhicule électrique de lutte contre l’incendie
  • D : Moyens de transport d’eau au profit de la lutte contre l’incendie
  • D : Equipe d’intervention spécialisée dans lutte contre les inondations.

La qualité des présentations et la technicité présentée lors des ateliers ont été très appréciées de la centaine de participants présents.

La coopération transfrontalière, dans le domaine des services de secours et de soins d’urgence, est plus que jamais un sujet qu’il faut intégrer dans nos réflexions sur l’organisation des secours et cela malgré des politiques de sécurité civile différentes. Le changement climatique et ses conséquences, en termes de risques dans le secteur frontalier, doit nous pousser à mieux nous connaître pour mieux partager nos doctrines opérationnelles et donc à l’avenir mieux travailler ensemble en situation de crise.

Photos Pascal Mura & SP suisses.