Vendredi 16 avril 2021, les présidents des conseils d'administrations des services d'incendie et de secours du Haut-Rhin et du Bas-Rhin ont signé une convention avec le Bon Samaritain, service d’alerte et de secours aux victimes en détresse vitale. Ce service, utilisant l’application mobile Staying Alive, permet d’envoyer des citoyens sauveteurs bénévoles porter assistance à toute personne en détresse vitale.

 

Les sapeurs-pompiers du Haut-Rhin et du Bas-Rhin déploient conjointement le Bon Samaritain dans leur département. Ce service novateur, mis grâcieusement à leur disposition, s’appuie sur une communauté de citoyens sauveteurs bénévoles et sur l’application mobile Staying Alive. Cette dernière permet de géolocaliser et d’alerter les inscrits en cas de détresse vitale à proximité. De plus, Staying Alive possède la plus importante base répertoriant les emplacements de défibrillateurs en France.

C’est vendredi 16 avril 2021 que s'est tenu cet échange de signatures entre messieurs Thierry Carbiener et Rémy With, présidents des conseils d’administration des STIS 67 et 68 et le fond de dotation du Bon Samaritain, en présence du colonel hors classe Bruno Cesca, directeur départemental adjoint du STIS 67 et du colonel Patrice Gerber, directeur départemental du STIS 68. Ce partenariat entre les sapeurs-pompiers alsaciens et le Bon Samaritain, visant à déployer progressivement l’application Staying Alive, permettra d’améliorer les chances de survie des victimes d’arrêt cardiaque en Alsace.

Le Bon Samaritain contre l'arrêt cardiaque : 

Fondé en 2017 sous l’impulsion du Dr Paul Dardel, médecin urgentiste, le Bon Samaritain est une solution qui a démontré son efficacité contre la détresse vitale et notamment l’arrêt cardiaque. Ce fléau est responsable de 50 000 décès en France, et ce service a pu permettre de doubler le taux de survie en région parisienne, passant de 16 à 35 % après intervention d’un Bon Samaritain.

En cas de détresse vitale, il est essentiel d’agir le plus rapidement possible. Sollicités en fonction de leur proximité géographique avec la victime, les volontaires du Bon Samaritain peuvent alors intervenir en attendant l’arrivée des secours institutionnels (sapeurs-pompiers, Smur...). Cette solution, la plus utilisée en France par les services de secours, est déployée dans 60 départements. Elle s’appuie sur 130 000 bénévoles et continue son déploiement sur tout le territoire. Créer un monde plus sûr en mobilisant sa communauté au service de la population, telle est la raison d’être du Bon Samaritain. Son efficacité est bien entendu proportionnelle au nombre de personnes ayant téléchargé l’application.